Informations Porto Seguro - La culture indigène - Bahia - Brésil

Assistance et Accompagnement au Brésil

() Choisir langue INFO

Les sites Internet de Brasilissimo

              

Menu GENERAL

Plan du site hiérarchique

Au Bresil a SAO PAULO nous sommes le 19/01/2019 et il est 07h02

Pourquoi c'est le moment d'investir au Brésil !

Informations sur la CĂ´te de la DĂ©couverte

Vivre au soleil de PORTO SEGURO Ă  Bahia

  

Accueil

 

 

Le Brésil

L'Ă©tat de Bahia

 Porto Seguro et sa rĂ©gion

Localisation de Porto Seguro

Description et photos

de la région de Porto Seguro

Comment venir Ă  Porto Seguro

Un peu d'histoire du Brésil

et de Porto Seguro

 

La culture indigène

 

La cuisine bahianaise

 

La capoeira

 

La Lambada et le Zouk-Lambada

Excursions et visites

Observation baleines Jubartes

Bons coins pour boire et manger

Divertissements - Carnaval

Activités à Porto Seguro (Golf, ulm, voile, plongée, pêche, etc.)

Informations pratiques et utiles

 

Liens

 

CONTACT

La culture indigène

La dĂ©couverte officielle du BrĂ©sil se produisit en avril 1500 : le bateau de l'amiral Pedro Alvares Cabral appareilla du Portugal dans les premiers jours de mars et atteignit un mois et demi plus tard les cĂ´tes brĂ©siliennes de l'État de Bahia, Ă  la date officielle du 22 avril 1500. En apercevant dĂ©jĂ  au loin le Monte Pascoal (appelĂ© ainsi par les portugais car ils l'aperçurent pour la première fois le jour de Pâques) et en croyant initialement que c'Ă©tait une Ă®le, ils arrivèrent finalement lĂ  oĂą aujourd'hui se trouve la ville de Santa Cruz Cabralia. C'est plus tard qu'ils dĂ©cidèrent de fonder  la ville de Porto Seguro lĂ  oĂą elle se trouve actuellement, Ă  l'abri naturel de l'estuaire du fleuve Buranem (d'oĂą le nom de Port Sur). Toute cette historique de l'abordage fut enregistrĂ©e et Ă©crit dans le cĂ©lèbre papier Carta do Descobrimento (Lettre) rĂ©digĂ©e par Pero Vaz de Caminha, l'Ă©crivain qui entretenait la correspondance avec le roi Don Manuel, dans lequel, en des termes passionnĂ©s, il vantait les beautĂ©s du lieu.

 

Caminha, dans son compte rendu, fut surtout frappĂ©e de la bonne disponibilitĂ© des indigènes, de la simplicitĂ© des coutumes, de l'absence de hiĂ©rarchies, de leur caractère sincère. " Leur innocence est telle ...", rĂ©pète-t-il continuellement.

 

On estime que les indigènes qui peuplaient le Brésil avant le 16ème siècle étaient plus de 5 millions, répartis en environ 2000 tribus. Elles vivaient une vie de nomades et la plupart d'entre elles étaient localisé le long des côtes et le long des fleuves.

 

 

Les bonnes relations entre les natifs et les visiteurs furent brèves. Bien vite commencèrent les massacres pour contrĂ´ler les terres et on rĂ©pandit des maladies Ă  laquelle les indigènes n'Ă©taient pas habituĂ©s. Les discriminations Ă©taient Ă©normes et seuls les jĂ©suites, qui devaient les convertir au catholicisme furent dĂ©diĂ©s aux natifs (une note pontificale dĂ©clarait que les indiens Ă©taient des ĂŞtres humains et devaient ĂŞtre traitĂ©s comme tels). Quelques groupes de jĂ©suites commencèrent Ă  Ă©tudier les langues et les cultures aborigènes et fondèrent des installations dans lesquelles habitaient des colonisateurs et des indiens qui parlaient une seule langue commune. Ils commencèrent Ă  crĂ©er tout seul des villages habitĂ©s, les natifs « civilisĂ©s Â», convertis Ă  la religion catholique, dĂ©nommĂ©s des missions. Lorsque dans la seconde moitiĂ© de 1700, pour une complexe intrigue diplomatique entre le Portugal, l'Espagne et le Vatican les jĂ©suites furent expulsĂ©s du BrĂ©sil, les missions furent confisquĂ©es et vendues.

 

Jusqu'au 20ème siècle les rapports entre des colonisateurs et les indigènes furent très compliqués. Seulement en 1900 le gouvernement brésilien commença à adopter une politique plus humanitaire, en offrant de la protection officielle aux populations indiennes. Dans cette période Cândido Rondon fut un personnage significatif et fondamental , homme d'origine mixtes portugais et Bororo, explorateur et officiel dans l'armée brésilienne. Chargé de porter les communications télégraphes dans la région amazonienne, il contribua à fonder en 1910 le Serviço de Proteçao aos Índios (Service de Protection aux Indiens), la première institution visant à protéger les indigènes et préserver leur culture. Pour le Brésil Rondon est un héros national et l'état de Rondonia (dans la partie nord occidental du Pays) en a pris le nom. Avec la mort de Rondon en 1956, le SPI subit un déclin. À la fin des années 1970 les régimes militaires brésiliens le substituèrent au FUNAI, Fondaçao Nacional do Índio. Aujourd'hui, comme organe officiel de gouvernement, le FUNAI a son quartier général à Brasilia et dépend directement du Ministère de Justice. Il s'occupe de la gestion des rapports entre les indiens et les lois gouvernementales disposées à leur faveur, comme la démarcation territoriale de réserves et la défense des principaux droits humains.

 

On a calculé qu'aujourd'hui au Brésil vivent 400.000 indigènes, qui parlent 170 langues différentes. A Porto Seguro a été fondée la Reserva de Jaqueira, pour préserver la culture d'une de ces 215 tribus qui encore aujourd'hui résistent : le Pataxò. La première description que l'on a de cette tribu avec ce nom remonte à 1850 et est l'oeuvre du voyageur autrichien Maximiliano Wied Neuwied, qui se réfère aux zones prés du Monte Arará (Monte Pascoal). Après de nombreuses vicissitudes, en mai 1997, Coroa Vermelha fut délimitée et nommée Terre Indigène. À cet endroit, avec un lieu bien défini, la tribu commença l'importante phase de récupération de son identité et de sa culture.

Selon la culture indigène, comme le soutenait Caminha dans son Papier, ils n'existent pas de classes sociales, il n'existe pas de propriété privée de la terre et seuls les outils pour chasser sont de propriété personnelle. Dans la culture de l'indien il y a deux figures de référence : le pajé (prêtre) et le cacique (chef). Le pajé est le prêtre de la tribu, il connaît tous les rituels et entre en contact avec la divinité. Il est même guérisseur et il connaît toutes les plantes médicinales. La vie religieuse se base sur la croyance dans les forces de la nature et sur le culte des ancêtres. Le cacique est important dans la vie tribale car il a en charge d'organiser la vie du village.

La visite de la Réserve est exemplaire pour proposer un type de tourisme écologique, et dire merci à la connaissance de ces peuples, et apprendre à respecter la terre et la nature. La préservation de la forêt atlantique, primordiale pour ce peuple, est à la base de n'importe quel comportement. En suivant les guides indigènes il est possible de découvrir les plantes rares de ce merveilleux monde comme le jacarandá et le pau-brasil, les plantes médicinales et entrer en contact avec la partie la plus spirituelle du Pataxo, traverser, par exemple, leur danse traditionnelle, l'AUÊ, pour lequel ils mettent des vêtements particuliers et se teignent le visage et le corps. Dans la réserve ils ont fidèlement reconstituer leurs racines et il est possible de trouver les habitations traditionnelles comme les kijemes, maisons arrondies avec les toits de paille, ainsi que les objets qui étaient le bagage de leur vie quotidienne, même avant l'arrivée des portugais.

Retour Haut de page

Partager la page sur vos réseaux sociaux

Nous suivre

     

Accueil

 

 

Le Brésil

L'Ă©tat de Bahia

 Porto Seguro et sa rĂ©gion

Localisation de Porto Seguro

Description et photos

de la région de Porto Seguro

Comment venir Ă  Porto Seguro

Un peu d'histoire du Brésil

et de Porto Seguro

 

La culture indigène

 

La cuisine bahianaise

 

La capoeira

 

La Lambada et le Zouk-Lambada

Excursions et visites

Observation baleines Jubartes

Bons coins pour boire et manger

Divertissements - Carnaval

Activités à Porto Seguro (Golf, ulm, voile, plongée, pêche, etc.)

Informations pratiques et utiles

 

Liens

 

CONTACT

Liens vers les autres Sites/Services de BRASILISSIMO

Page d'accueil BRASILISSIMO

Suivi des Services - Espace Privatif

Services au Brésil

Services dans la RĂ©gion de PORTO SEGURO dans l'Ă©tat de BAHIA

Services au BrĂ©sil 

Immobilier Ventes au Brésil

Guide Privé et visite du Brésil

Découvrez la région de

PORTO SEGURO

Services dans la région de PORTO SEGURO

Immobilier Ventes et Locations dans la région de PORTO SEGURO

Domaine résidentiel BAIA DOURADA à PORTO SEGURO

 

Mentions légales

Plan du site

Contacts :

TĂ©lĂ©phone internet SKYPE gratuit pseudo brasilissimo30  Nous envoyer un message e-mail

Nous envoyer un message Messenger      Nous envoyer un message WhatsApp

 Les sites Internet du groupe Brasilissimo :

 www.brasilissimo.com / service-bresil.brasilissimo.com / services-retraite-bresil.blogspot.com

suivi.brasilissimo.com / guide.brasilissimo.com / visitebresil.blogspot.com

 immobilier-bresil.brasilissimo.com / service-porto-seguro.brasilissimo.com / immobilier-porto-seguro.brasilissimo.com

immobilier-au-bresil.blogspot.com / baiadourada.brasilissimo.com / porto-seguro-info.brasilissimo.com / portoseguroinfo.over-blog.com

Copyright © BRASILISSIMO. Sauf logos et marques déposées par leurs auteurs respectifs. Tous droits réservés.

Suivez-nous

sur les réseaux sociaux